Connaissez-vous la femme d'Aimé Césaire : Suzanne Césaire ?

August 30, 2020

1/10
Please reload

Please reload

Connaissez-vous la femme d'Aimé Césaire : Suzanne Césaire ?

30 Aug 2020

Le dicton dit que derrière un grand homme se cache toujours une femme.... et pas des moindre. 

Connaissez-vous celle qui se cache derrière le grand Aimé Césaire ?

 

Suzanne Césaire était une belle et intelligente femme martiniquaise.

Diplômée de l'Ecole Normale Supérieure, autant vous dire qu'Aimé Césaire avait une femme avec qui débattre et faire émerger de nouvelles idées sur le plan politique et identitaire à la maison.

 

Relisait-elle les discours d'Aimé avant ses apparitions publiques ?

Lui donnait-elle un avis critique et constructif pour améliorer ses textes et discours ?

A t-elle participé à l'écriture du fameux  "Cahier d'un retour au pays natal" d'Aimé Césaire ?

Très certainement oui, car cette femme, qui partageait l'intimité d'Aimé Césaire, était loin d'être une femme dépourvue d'opinions affirmées.

 

Beauté Défrisée vous fais découvrir le parcours de cette femme incroyable.

 

"On a beaucoup parlé de sa beauté, mais elle était aussi extrêmement intelligente, extrêmement cultivée, passionnée aussi ! C'était une militante active [...], ce n'était pas du tout l'ombre de Césaire !" Huguette Bellemare.

 

1. Son parcours 

 

Suzanne Roussi, épouse Césaire, est née le 11 août 1915 aux Trois-Ilets, en Martinique.

 

Fille d'une institutrice et d'un employé d'usine sucrière, elle a entrepris de brillantes études dans le supérieur en France métropolitaine, pour enfin être diplômée de l'École Normale Supérieure en 1938.

 

C'est durant ses années d'étudiante à l'École Normale Supérieure, qu'elle rencontre celui qui deviendra son mari, Aimé Césaire. A l'époque, ils travaillaient ensemble à la rédaction de la revue : L’Etudiant Noir.

 

A Paris, ils ont connu l’effervescence de la Négritude, point de ralliement des intellectuels noirs venus d’Afrique et d’Amérique, en côtoyant notamment de grands noms comme :

  • Léopold Sédar Senghor : Homme d'État français puis sénégalais. Il fut d'abord député à l'Assemblée nationale française représentant ainsi les colonies françaises de l'époque : le Sénégal et de la Mauritanie. Puis, il devint premier président de la République du Sénégal lorsque celle-ci devint indépendante. Il fut aussi le premier africain à siéger à l'Académie française. 

  • Paulette Nardal et sa sœur Jeanne Nardal : Martiniquaises, premières femmes noires à étudier à la Sorbonne et militantes de la cause noire et (afro) féministes de la première heure.

 

A la fin de leurs études, Les Césaire rentrent aux Antilles en 1939, pour être tous deux professeurs au lycée Schœlcher à Fort-de-France, en Martinique.

 

2. Une intellectuelle engagée :  Co-fondatrice de la revue « Tropiques »

 

En 1941, elle fonde avec son mari, AImé Césaire, et du réputé philosophe martiniquais René Ménil, « Tropiques », la revue littéraire et culturelle la plus importante des Antilles de l'époque. 

 

Cette revue qui avait pour but de promouvoir et construire l'identité Antillaise :

  • Dans son quatrième article « Misère d’une poésie », publié en 1942 dans Tropique, Suzanne Césaire établit les fondations de cette nouvelle identité.

  • Dans « Malaise d’une civilisation », elle avertit les Martiniquais des dangers de l’assimilation et conseille à ses lecteurs de reconnaître « toutes les forces vives mêlées sur cette terre où la race est le résultat du brassage le plus continu ».

 

Dans ses écrits, Suzanne Césaire offre une vision d'une Caraïbe multiethnique et dynamique, une vision qui culmine dans son dernier essai : « Le Grand Camouflage » :

 

"Il faut, par la parole, reconquérir l’identité antillaise, affirmer sa culture, non pour se réfugier dans un entre-soi coupé du reste du monde, mais pour proposer autre chose à ce monde."

 

" Il est maintenant urgent de se connaître soi-même, d’oser s’avouer ce qu’on est, d’oser se demander ce qu’on veut être " (Source : Diacritik)

 

Engagée également dans des causes (afro)féministes, Suzanne n’hésita pas à réclamer l’émancipation des descendants des africains désormais affranchis du régime esclavagiste pratiqué aux Antilles, ainsi que l’égalité des sexes et des races.

 

3. Auteur renommée, focus sur son oeuvre : « Le grand camouflage »

 

Dans son essai, « Le grand camouflage », " Suzanne Césaire  y démasque l'hypocrisie généralisée de tout un peuple qui « camoufle » depuis des siècles ses vraies aspirations et ses tendances profondes, pour endosser l’idéal du petit fonctionnaire en Europe." , comme le souligne Africulture,  "Ainsi nombreux sont ceux qui se renient dans l’espoir aussi vain que dérisoire de devenir autre."

 

Enfin Suzanne poursuit : 

"Et celui qui s’aventure le plus loin dans cette voie, débouche sur une impasse :

 il ne peut plus accepter sa négritude, il ne peut pas se blanchir 

 

 

Le guadeloupéen Daniel Maximim, a eu l'idée de réunir en un seul volume les articles rédigés par Suzanne Césaire.

 

 

Mais Suzanne prévoit bien que ce camouflage prendra fin, « au son nocturne du tambour d’Afrique dans ces curs insulaires » et qu’il en jaillira la Révolution.

 

Enfin, en 1955 Suzanne Césaire écrit une pièce de théâtre, « Aurore de liberté » , qui porte sur la révolte de 1948 en Martinique.

 

 

4. Impliquée dans la départementalisation de la Martinique, la Guadeloupe, la Réunion et la Guyane ?

 

Suzanne Césaire a écrit de nombreux articles dans lesquels elle défend la culture martiniquaise,   explore ses racines africaines et appelle à résister au « colonisateur ». La Martinique possèdant à cette époque le statut de colonie.

 

La Martinique deviendra un département français d'outre-mer le 19 mars 1946, et ce notamment grâce au projet de loi du député-maire Aimé Césaire au Parlement. Ou vraisemblablement, grâce au Couple Suzanne et Aimé Césaire, si l'on prend en compte leur dévouement dès la première heure pour les Antilles et bien évidemment leur dynamique de couple.

 

 

5. Leur vie de couple, avec ses hauts et ses bas 

 

Suzanne épouse en 1937 Aimé Césaire et ils auront six enfants.

Elle enseigna d'abord en Martinique en tant que professeurs de lettres, comme son mari.

 

Ensemble, ils voyageront afin de découvrir Haiti en 1944.

 

 

À la fin de la 2nd guerre mondiale, les époux quittent de nouveau leur île, pour s'installer à Paris : Aimé Césaire vient d'être élu député de la Martinique, et siège à l'Assemblée nationale.

 

Suzanne Césaire exerce alors son métier de professeur au Petit-Clamart.

 

Après un retour de quelques années en Martinique, le couple se réinstalle à Sèvres, en région parisienne.

 

Quand le couple laisse place au grand destin politique d'Aimé Césaire : 

 

 

Le parcours de Suzanne Roussi Césaire en vidéo :

 

Suivez Beauté Défrisée sur Facebook et Instagram.

 

Chers lecteurs, dites-nous, dans les commentaires ci-dessous, si cette personnalité inspirante vous a plus et quel autre parcours inspirants de femmes Afro-Caribéennes vous souhaiteriez voir sur le site.

A lire également sur Beauté Défrisée :

 

 

 

@Queen_SLN : Mon secret c'est l’hydratation et le démêlage de mes cheveux défrisés

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jessica Campbell : L'arme secrète pour réussir du chanteur Admiral T

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nos Princesses préférées en version Afro-Caraibéenne

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les secrets des Antillaises pour avoir de beaux et longs cheveux

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Christine Kelly : personnalité française aux magnifiques cheveux défrisés

 

 

 

 

 

 

 

Please reload

ASTUCES & CONSEILS

ASTUCES & CONSEILS

Tous nos petits secrets pour vos cheveux.

PRODUITS

PRODUITS

Y en a tellement qu'on s'y perd !

BEAUTE

BEAUTE

Voyons plus loin que nos cheveux!

HAIR INSPIRATION

HAIR INSPIRATION

Elles y arrivent... pourquoi pas nous?

© 2014-2020. beautedefrisee.com - Tous droits réservés                Espace annonceurs  I  Qui sommes-nous  I